economie-mondiale-covid
23 avril 2021

Les 10 plus grandes économies du monde, avant la pandémie et maintenant

Par cmas-europe

SINGAPOUR – La pandémie de Covid-19 a bouleversé le classement des plus grandes économies du monde après avoir plongé de nombreux pays dans leur pire récession économique de l’histoire récente.

Les États-Unis, la Chine, le Japon et l’Allemagne occupent toujours les quatre premières places du classement des plus grandes économies mondiales, mais certains classements ont changé à cause de la pandémie, tandis qu’un pays est sorti de la liste des 10 premiers, selon l’analyse des prévisions économiques du Fonds monétaire international par CNBC.

CNBC a comparé le produit intérieur brut nominal en dollars américains des pays figurant dans la base de données des perspectives économiques mondiales du FMI.

Le PIB nominal estime la valeur marchande de tous les biens et services finis produits dans une économie, mais il ne tient pas compte des variations du niveau des prix, ou de l’inflation, et peut donc surestimer ou sous-estimer la valeur économique réelle.

Néanmoins, les valeurs du PIB nominal libellées dans une monnaie commune sont un moyen de mesurer et de comparer les tailles économiques de différents pays, et donnent un aperçu de la façon dont les développements – tels que la pandémie – affectent différemment les économies.

Voici les principaux changements dans le classement des 10 plus grandes économies du monde avant et après l’épidémie de Covid.

L’Inde recule derrière le Royaume-Uni

L’Inde, qui est devenue la cinquième plus grande économie du monde en 2019, a glissé à la sixième place derrière le Royaume-Uni l’année dernière.

Le pays d’Asie du Sud ne retrouverait la cinquième place du classement économique mondial qu’en 2023, selon l’analyse CNBC des données du FMI.

L’année dernière, l’Inde a été frappée par des fermetures strictes alors que le pays luttait pour contenir le coronavirus. Selon les prévisions du FMI, son économie devrait se contracter de 8 % au cours de l’année fiscale qui s’est achevée en mars 2021.

Alors que le fonds s’attend à ce que l’Inde connaisse une croissance de 12,5 % au cours de l’année fiscale actuelle, qui se termine en mars 2022, certains économistes ont prévenu que la dernière flambée des cas de Covid pourrait assombrir les perspectives du pays. La semaine dernière, l’Inde a dépassé le Brésil pour devenir le deuxième pays le plus infecté au monde, derrière les États-Unis.

“Nous sommes de plus en plus préoccupés par le fait que l’augmentation du nombre de cas de Covid 19 constitue un risque pour notre reprise encore fragile”, ont écrit les économistes de Bank of America dans un rapport publié lundi.

Les économistes ont estimé qu’un mois de confinement national – s’il était imposé à nouveau – réduirait le PIB annuel de l’Inde de 100 à 200 points de base.

Le Brésil sort du top 10

Le Brésil est passé de la neuvième économie en 2019 à la douzième l’an dernier, devenant ainsi le seul pays à sortir du classement des 10 premiers.

Le pays d’Amérique du Sud resterait hors des 10 plus grandes économies du monde jusqu’à au moins 2026 – la projection la plus lointaine du FMI disponible, a montré l’analyse de CNBC.

Le Brésil a déclaré le troisième plus grand nombre de cas de Covid et le deuxième plus grand nombre de décès dans le monde. Mais le président Jair Bolsonaro – qui a minimisé la menace du virus – a refusé à plusieurs reprises d’imposer un verrouillage national pour contenir le coronavirus.

Le secrétaire à la santé de Sao Paulo aurait écrit au gouvernement fédéral pour l’avertir d’un effondrement “imminent” du système de santé de l’État, tandis que les économistes ont déclaré que l’économie brésilienne aurait du mal à se redresser.

L’économie s’est contractée de 4,1 % l’année dernière et devrait croître de 3,7 % en 2021, selon le FMI.

La Corée du Sud entre dans le top 10

Avec le retrait du Brésil des 10 plus grandes économies du monde, la Corée du Sud est passée à la 10e place et devrait y rester au moins jusqu’en 2026, selon l’analyse de CNBC. La projection des données du FMI n’était disponible que jusqu’en 2026.

La Corée du Sud a été l’un des premiers pays, en dehors de la Chine, à signaler des cas de Covid-19 au début de 2020. Le pays a réussi à contenir le virus l’année dernière, ce qui – avec les fortes exportations de semi-conducteurs – a permis à son économie de se contracter d’un modeste 1 % en 2020.

Le nombre de nouvelles infections quotidiennes a augmenté ce mois-ci, ce qui a contraint les autorités à prolonger jusqu’au début du mois de mai les mesures d’éloignement social, notamment la restriction des grands rassemblements.

Malgré l’incertitude liée au virus, les secteurs de la fabrication et de l’exportation du pays restent solides, ont déclaré les économistes du cabinet de conseil Capital Economics dans un rapport publié la semaine dernière.

“La consommation est également devenue de plus en plus résistante aux épidémies de virus, grâce notamment à l’augmentation des achats en ligne. Toutefois, l’hôtellerie et les loisirs restent très faibles”, ont-ils ajouté.

Le FMI prévoit que l’économie sud-coréenne pourrait connaître une croissance de 3,6 % cette année.